"Les coeurs inquiets" de Lucie Paye : peintre de l'Autre

Les coeurs inquiets est le premier roman de Lucie Paye publié aux éditions Gallimard
Les coeurs inquiets est le premier roman de Lucie Paye publié aux éditions Gallimard

C’était l’un des textes parus dans la salve de premiers romans proposés récemment par les éditions Gallimard : Les cœurs inquiets de Lucie Paye. Dans ce roman, léger et poétique, l’auteure imagine ce visage qui viendrait hanter les toiles d’un peintre. Elle imagine en parallèle cette femme qui comble l’absence dans d’innombrables lettres. Ambiance.


# La bande-annonce

 

« J’ai lutté, pour te retrouver, de toutes mes forces. L’espoir m’a fait vivre. Mille fois je me suis levée convaincue que ce serait aujourd’hui. Mille fois mon cœur a bondi en croyant t’apercevoir. Mille fois je me suis couchée en voulant croire que ce serait demain. Le jour où je te reverrais. »

 

 

Un jeune peintre voit apparaître sur ses toiles un visage étrangement familier. Ailleurs, une femme écrit une ultime lettre à son amour perdu. Ils ont en commun l’absence qui hante le quotidien, la compagnie tenace des fantômes du passé. Au fil d’un jeu de miroirs subtil, leurs quêtes vont se rejoindre.

 

 

Ce roman parle d’amour inconditionnel et d’exigence de vérité. De sa plume singulière, à la fois vive, limpide et poétique, Lucie Paye nous entraîne dès les premières pages vers une énigme poignante.

 

# L’avis de Lettres it be

 

Lucie Paye est une nouvelle auteure, née en 1975, toute droit arrivée du monde des arts. Sans grande surprise, son premier roman Les cœurs inquiets se devait d’être enracinée dans ce monde des arts et de la création. Et c’est au côté de Lui puis d’Elle que le lecteur va faire son entrée dans ce monde. Lui et Elle que l’on apprivoise page après page avec une narration externe rondement menée. Très vite, on plonge dans cette histoire finalement peu originale (un peintre dépassé par ce qu’il crée, une femme en quête du souvenir) mais bien servie par une plume poétique, qui mène sa barque sans coup férir.

 


Lucie Paye
Lucie Paye

Très vite, tout l’enjeu du roman se fait sentir avec cette grande question en ligne de mire : comment traiter l’absence de l’Autre, l’absence qui se fait omniprésente mais aussi l’absence derrière laquelle on se jette éperdument ? Calmement, avec réflexion, Lucie Paye fait avancer ses personnages sans jamais perdre de vue cet horizon.

 

 

 

De toute évidence, c’est un joli roman, tout en alternance, une histoire poétique autour de l’art comme création et destruction que nous propose Lucie Paye pour son premier coup d’essai. Avec Les cœurs inquiets, la primo-romancière Lucie Paye offre un texte mesuré, qui ne prend pas de risques mais touche à son but. Satisfaisant.

Écrire commentaire

Commentaires: 0