"La Disparition de Josef Mengele" d'Olivier Guez : dans les traces du diable


Le dernier roman d'Olivier Guez, écrivain et journaliste, est publié chez Grasset
Le dernier roman d'Olivier Guez, écrivain et journaliste, est publié chez Grasset

"La Disparition de Josef Mengele" d'Olivier Guez


L'écrivain et journaliste strasbourgeois Olivier Guez fait son grand retour dans les librairies avec La Disparition de Josef Mengele publié chez Grasset. L'occasion de se mettre dans les traces de l'Ange de la mort, le médecin SS du camp d'Auschwitz évadé en Amérique du Sud au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Entre reportage historique et quête romancée. L'avis de Lettres it be ? C'est tout de suite, dans les lignes qui suivent ! 

 

# La bande-annonce

 

 

1949  : Josef Mengele arrive en Argentine.

 


Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz  croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

 

 

# L'avis de Lettres it be

 

Avec son dernier roman, Olivier Guez fait bonne figure dans les listes des prix littéraires bientôt remis. Publié pour la rentrée littéraire 2017, La Disparition de Josef Mengele fait figure d'originalité à côté de toutes ces fictions. En effet, le livre d'Olivier Guez se distingue avant tout par le récit qu'il offre de la traque d'un des plus tristement célèbres nazis évadés à la suite de la Seconde Guerre Mondiale. 

Olivier Guez publie son deuxième roman, après Les Révolutions de Jacques Koskas
Olivier Guez publie son deuxième roman, après Les Révolutions de Jacques Koskas

Se mettre dans les pas de Josef Mengele, l'Ange de la mort. Voilà la volonté plutôt osée d'Olivier Guez qui, après son premier roman Les Révolutions de Jacques Koskas publié en 2014 chez Belfond, fait son retour dans les librairies. Une volonté qui se traduit par un roman plutôt court, idéalement détaillé, précis, bien que flottent souvent dans les pages les effluves de la romance. Certaines pages s'invitent et s'inventent alors que des pages entières font le récit des pérégrinations de l'un des nazis les plus recherchés au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Et c'est bien là que le bât blesse ...

 

 

Un style épuré, simple. On retrouve obligatoirement dans ce roman la plume du Olivier Guez journaliste, celui qui court à l'essentiel pour développer les faits. Des faits qui s'accumulent et qui nous permettent de percer le mystère de cette traque, une traque menée en vue de retrouver Josef Mengele. Sauf que voilà, dans ce roman, cela ne semble vraiment pas prendre. Par moment, nous croyons lire un livre d'Histoire, par moment, un roman. La lecture vacille en permanence, le doute s'installe et le plaisir de lecture n'est pas franchement au rendez-vous. Une petite déception à l'encontre d'un roman encensé par la critique et qui se trouverait bien être le lauréat de quelques prix littéraires bien en vogue. Affaire à suivre, mais un sentiment mitigé.


Écrire commentaire

Commentaires : 0