Attention : l’État chinois accusé de cyberattaques majeures au Royaume-Uni

Le climat entre le Royaume-Uni et la Chine est loin d’être serein. Accusant l’État chinois de diverses cyberattaques, le gouvernement britannique a annoncé des sanctions et a convoqué l’ambassadeur chinois.

Cyberattaques : le Royaume-Uni accuse la Chine

Le gouvernement britannique souligne la responsabilité de l’État chinois dans la cyberattaque perpétrée en 2021-2022 contre la Commission électorale britannique. Cette attaque informatique a permis un accès non autorisé aux registres électoraux de près de 40 millions d’électeurs. De même, le parlement de la Nouvelle-Zélande a été ciblé par un groupe de cyberattaques soutenu par l’État chinois en 2021.

Nonobstant ces accusations, le vice-Premier ministre britannique rassure : ces tentatives d’ingérence n’ont pas perturbé le bon déroulement des élections.

Les acteurs accusés

Le gouvernement britannique pointe du doigt “deux cyberactions malveillantes”. Les responsables désignés sont Zhao Guangzong et Ni Gaobin. Ces deux individus sont membres de l’organisation de pirates informatiques APT31, accompagnés par l’entreprise Wuhan Xiaoruizhi Science and Technology. En juillet 2021, APT31 a orchestré des activités pour identifier des cibles parmi les parlementaires britanniques.

Lire  "Attentat choc à proximité de la Tour Eiffel : le suspect dévoilé"

Sanctions et convocation de l’ambassadeur chinois

Le Royaume-Uni n’a pas tardé à réagir face à ces attaques. Des sanctions ont été annoncées à l’encontre des deux individus et de l’organisation incriminés. L’ambassadeur chinois à Londres a également été convoqué pour s’expliquer sur ces incidents.

Parallèlement, les États-Unis ont également inculpé sept pirates informatiques liés au gouvernement chinois.

La Chine rejette les accusations

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a rejeté les accusations britanniques, demandant des “preuves objectives”.

Réaction du Royaume-Uni

Face à cette situation, le Premier ministre britannique souligne la détermination du Royaume-Uni à se défendre contre les agissements de la Chine. Néanmoins, certains députés britanniques estiment que la réponse britannique reste modérée.

En dépit de ces tensions, on est loin de l'”âge d’or” rêvé par le Royaume-Uni et la Chine en 2015.

4/5 - (21 votes)

Laisser un commentaire

Partages