Choc : La Colombie pourrait perdre sa place de premier producteur de cocaïne !

La Colombie, bien que toujours en tête de liste des producteurs de cocaïne, voit sa suprématie menacée par l’émergence de nouveaux acteurs sur le marché. Le rapport “Narcofiles”, basé sur des données piratées, offre un aperçu inédit des réseaux mondiaux de production et de trafic de cette drogue.

Les nouveaux acteurs du marché de la cocaïne

On observe une montée en puissance de groupes criminels originaires de divers pays comme le Mexique, l’Albanie, le Brésil, l’Équateur et Israël. Cette diversité géographique témoigne de l’internationalisation croissante du commerce de la cocaïne. Parallèlement, les cartels colombiens classiques semblent perdre de leur influence sur le marché.

La Colombie : un record en 2022

Il faut noter que la Colombie a battu un triste record en 2022 : celui de la culture de la feuille de coca. Pourtant, le commerce de cocaïne dans le pays est affecté par la baisse des prix de la feuille de coca et la concurrence de nouvelles drogues. Malgré ces défis, le Clan del Golfo, un groupe criminel colombien, conserve le titre de premier producteur mondial de cocaïne.

Lire  Deuxième victoire de l'Irlande au Tournoi des six nations : Un événement sans précédent depuis 2017 !

De nouvelles régions pour la culture de la coca

La culture de feuilles de coca ne se limite plus à la Colombie. Elle se développe de manière significative en Amérique centrale et au Mexique. En parallèle, l’exportation de cocaïne est facilitée par l’industrie bananière, souvent utilisée pour dissimuler la drogue dans les cargaisons.

Un trafic en pleine expansion

La triple frontière entre la Colombie, le Pérou et le Brésil est devenue un nouveau point névralgique pour le trafic de cocaïne. De plus, l’augmentation du trafic le long du fleuve Amazone confirme que le commerce de cette drogue se diversifie et se développe sur de nouveaux territoires.

Des saisies majeures en Europe

En Europe, 70% des saisies de drogue se font dans les ports, avec la cocaïne souvent cachée dans les cargaisons de bananes. Par ailleurs, la pâte de coca, une fois importée, est de plus en plus souvent transformée dans des laboratoires européens, témoignant d’une localisation croissante de la production finale.

Lire  Avis de tempête en Turquie : l'AKP d'Erdogan perd du terrain

Un paysage criminel fragmenté

Enfin, les groupes criminels impliqués dans le commerce de la cocaïne sont de plus en plus fragmentés. Cette fragmentation complexifie le travail des forces de l’ordre et des agences de lutte contre la drogue, rendant la tâche de démantèlement des réseaux toujours plus difficile.

4.8/5 - (31 votes)

Laisser un commentaire

Partages