Alerte ! L’orpaillage illégal en Guyane : un danger qui inquiète!

La nouvelle année commence en Guyane pour Elisabeth Borne. Avec une visite sur le terrain, la ministre entre de plein pied dans la lutte contre l’orpaillage illégal, un enjeu de premier ordre pour ce territoire.

Sur le front de l’orpaillage illégal

Borne se rend dans un campement militaire niché au cœur de la jungle, pour découvrir de près le travail des forces armées. Ces dernières jouent un rôle crucial dans le combat contre l’orpaillage illégal, un véritable fléau en Guyane.

La stratégie de contrôle fluvial

Six postes de contrôle fluviaux sont établis sur le territoire Guyanais. Leur emplacement n’est pas fixe, il est modifié régulièrement suivant les mouvements des orpailleurs illégaux. Leur mission : freiner la progression des orpailleurs et semer le trouble dans leur logistique.

Lire  Découvrez le bilan effroyable de l'offensive massive de la Russie en Ukraine !

Bilan de l’année 2023

L’année précédente a été marquée par une intense activité de lutte contre l’orpaillage illégal, avec pas moins de 950 missions sur le terrain. Ces opérations ont permis la saisie de matériel d’une valeur de 64,1 millions d’euros. Près de 7.454 orpailleurs illégaux ont été identifiés. La quantité d’or extrait illégalement s’élevait à 7,2 tonnes, représentant une baisse significative de 31% par rapport à l’année 2021.

Survie politique et avenir de Elisabeth Borne

Malgré deux lois controversées, Elisabeth Borne a réussi à conserver sa place au sein du gouvernement. Des spéculations circulent quant à un possible remaniement du gouvernement dans le courant de l’année.

Rencontres dans la jungle

Au cours de sa mission en pleine jungle, Borne a été confrontée à la réalité des orpailleurs vivant en forêt, complètement autonomes pendant six jours. Elle a rendu hommage aux deux militaires tombés en mission en 2023.

Échanges avec les communautés autochtones

Elisabeth Borne a également eu l’occasion de nouer un lien avec les populations amérindiennes du territoire. La pollution du fleuve par le mercure, utilisé par les orpailleurs, constitue une menace majeure pour leur santé. La ministre a affirmé sa volonté de poursuivre la lutte contre l’orpaillage illégal, un combat nécessaire pour la santé des peuples autochtones et la souveraineté du territoire.

4.7/5 - (35 votes)

Laisser un commentaire

Partages