Choc : La Birmanie, nouvel eldorado de l’opium en 2023!

En 2023, la Birmanie a décroché le titre de premier producteur mondial d’opium, détrônant l’Afghanistan. Cette production d’opium, très lucrative, est principalement localisée dans les régions montagneuses proches des frontières thaïlandaise et laotienne.

Organisations criminelles et groupes rebelles ethniques

Les cultures de pavot sont transformées en héroïne par divers groupes rebelles ethniques et organisations criminelles. Ces activités illicites, pesant près d’un milliard de dollars, sont largement ignorées par les forces de l’ordre.

Un contexte politique et économique défavorable

L’économie birmane a été mise à mal par un coup d’état militaire en 2021. Ce bouleversement politique a engendré des conflits armés et une misère économique, forçant de nombreux agriculteurs à se tourner vers la culture de pavot.

Les populations rurales, confrontées à la difficulté de nourrir leurs familles, se résignent à cultiver l’opium sans considération de légalité. Cette culture est devenue bien plus rentable que celle du maïs ou du riz, notamment en raison des troubles économiques et des conflits persistants.

Lire  Seniors au travail : Ce que décide le gouvernement vous surprendra !

Conflits armés et déplacements

Le conflit a contraint près de deux millions d’individus à quitter leurs maisons selon les chiffres de l’ONU. Les difficultés économiques se multiplient avec la chute de la valeur de la monnaie locale, rendant les intrants agricoles beaucoup plus onéreux.

La Banque mondiale souligne également l’interruption des transports et l’obstruction des exportations agricoles. Malgré tout cela, l’agriculture de l’opium devient de plus en plus sophistiquée, en partie due à l’augmentation des investissements et à l’amélioration de l’irrigation.

Une production en augmentation constante

En 2023, la Birmanie a produit environ 1.080 tonnes d’opium, contre 790 tonnes en 2022, d’après les données de l’ONU. Les agriculteurs anticipent une possible hausse de la récolte en raison de l’escalade du conflit.

4/5 - (26 votes)

Laisser un commentaire

Partages