Ex-président du Suriname : 20 ans de prison pour meurtre !

Le monde de la politique surinamienne a été secoué par la condamnation à 20 ans de prison de l’ancien président, Desi Bouterse, pour l’assassinat de 15 opposants. Cette décision confirmant le jugement du tribunal en 2019 met un terme à 16 années de litiges.

La décision de la Haute Cour

Le verdict, confirmé par la Haute Cour du pays, concerne une sombre affaire remontant à 1982 où Bouterse, alors au pouvoir, serait responsable de l’exécution par balles de 15 opposants à son régime. Malgré le caractère accablant de cette décision, Bouterse n’était pas présent lors de l’audience. Par ailleurs, même si toutes les voies de recours au niveau national sont épuisées, l’ancien président pourrait solliciter une grâce présidentielle.

Lire  Fiasco du PSG face à Dortmund : que s'est-il vraiment passé ?

Aucune incarcération immédiate

Condamné à 20 ans de prison, l’ancien militaire putschiste ne semble pourtant pas destiné à passer immédiatement derrière les barreaux. En effet, le gouvernement du Suriname a fait savoir qu’il n’ordonnerait pas son incarcération de suite.

Du soutien et des troubles anticipés

Malgré son lourd passé et cette nouvelle condamnation, Bouterse jouit toujours d’une certaine popularité, notamment parmi les classes les plus défavorisées du Suriname. Des milliers de personnes ont afflué pour soutenir l’ancien président avec le slogan “Free Bouta”. Pour prévenir d’éventuels troubles, un dispositif de sécurité important a donc été mis en place à Paramaribo, la capitale.

Une vie politique mouvementée

Bouterse, auteur de deux coups d’État, dirigea le Suriname de 2010 à 2020. Il n’est pas étranger à la justice puisqu’en 1999, il avait déjà été condamné à 11 ans de réclusion pour trafic de cocaïne. Interpol avait à cette occasion émis un mandat d’arrêt à son encontre.

  • Le message pacifique de l’ex-président
Lire  Young Thug impliqué dans un dangereux gang criminel ?

Face à cette situation, l’ancien leader a appelé ses partisans à rester calmes. Il a affirmement déclaré être prêt à accepter le verdict tout en restant convaincu que Dieu le jugerait innocent.

Une page se tourne pour le Suriname

Le verdict de cette affaire a été salué par les principales ambassades occidentales, notamment celle des États-Unis, de l’Union Européenne et des Pays-Bas. Elles voient en ce jugement la fin d’un chapitre difficile de l’histoire du Suriname.

4.8/5 - (13 votes)

Laisser un commentaire

Partages