Le Venezuela ose défier la CIJ : Que cache ce référendum sur l’Essequibo ?

Le Venezuela a confirmé la tenue d’un référendum sur l’Essequibo, région administrée par le Guyana. Cette région est riche en pétrole et est au cœur d’un conflit territorial entre les deux pays.

La Cour internationale de justice, aussi connue sous le nom de CIJ, a fait une demande à Caracas : celle de ne pas modifier le statut de cette zone disputée. Mais cette demande a été rejetée par le Venezuela, qui estime que la CIJ n’a pas le droit de s’ingérer dans ses affaires intérieures.

Notons que la zone contestée est d’une grande importance pour le Guyana car elle représente plus des deux tiers de son territoire et abrite environ un cinquième de sa population. Par ailleurs, le référendum demande aux Venezueliens s’ils sont d’accord pour refuser la compétence de la CIJ, rejeter un accord de 1899 et intégrer ce territoire à leur pays.

Une menace existentielle pour le Guyana

Le Guyana voit dans ce scrutin une “menace existentielle”. Pour cette raison, le pays a fait appel à la CIJ pour contraindre le Venezuela à renoncer à la tenue de ce référendum.

Lire  La fin tragique d'Alexeï Navalny : que cache la Russie ?

L’importance de l’Essequibo

L’importance de l’Essequibo a augmenté suite à la découverte de pétrole par ExxonMobil en 2015. De nouvelles découvertes ont permis d’ajouter dix milliards de barils aux réserves du Guyana, soit plus que le Koweït ou les Émirats Arabes Unis. Ainsi, le Guyana possède les plus grandes réserves de pétrole par habitant du monde, tandis que le Venezuela détient les plus grandes réserves prouvées.

Tensions dans la région

Le Guyana redoute que ce référendum incite le Venezuela à annexer l’Essequibo de manière “unilatérale et illégale”. Face à ces accusations, le Venezuela nie toute préparation militaire.

Pour sa part, le Brésil a annoncé un renforcement de sa présence militaire à sa frontière nord, en raison des tensions entre les deux pays. Même position pour les États-Unis qui appellent à une résolution pacifique de ce différend et au respect de la décision de 1899.

4.8/5 - (37 votes)

Laisser un commentaire

Partages