La liseuse électronique, un développement en question

 

Depuis 2008, la "liseuse électronique" est en vente dans nos points de vente préférés. Le principe est simple : offrir un appareil mobile permettant de lire des livres numériques (aussi appelés "livrels"), cet appareil étant doté d'un écran et d'une mémoire pour le stockage de la bibliothèque numérique. Fini le livre papier d'antan, terminé l'objet encombrant, place au numérique !

 

 

 

Mais cette avancée technologique pour les uns et véritable hérésie pour les autres, n'a pas rencontré le succès escompté. En effet, si l'on en croit les chiffres délivrés par le Syndicat Nationale de l'Edition, le marché de la liseuse électronique reste un marché de niche qui peine à séduire les clients et amateurs de littérature en tous genres. Aujourd'hui, seulement 1% des Français sont équipés d'une liseuse électronique. Au niveau des ventes, les chiffres ne sont pas plus encourageants : 5 000 appareils vendus en 2008, 27 000 en 2010, 300 000 pour l'année 2012 et 350 000 en 2013. Pour ainsi dire, les dirigeants d'Amazon ont même reconnu que leur liseuse électronique Kindle ne leur ramenait pas d'argent.

 

 

 

 

Au sein du marché du livre qui pèse plus de 2,667 milliards d'euros en France en 2016, le numérique (liseuses électroniques et livres numériques confondus) compte pour à peine 6,5%. Un développement économique au ralenti et qui fait, d'ores et déjà, se poser des questions à tous les acteurs du secteur.

 

 


Source 
: http://www.sne.fr/enjeux/numerique-2/

 

 



Écrire commentaire

Commentaires : 6