La romance érotique : un fast-food littéraire ?

 

Qui n'a pas entendu parler de "50 Nuances de Grey", "Beautiful Bastard" et de toutes ces romances érotiques qui envahissent nos librairies depuis quelques années maintenant ? Camille Emmanuelle, auteur sous pseudonyme d'une douzaine de romans érotiques, met un grand coup de pied dans la fourmilière avec son livre "Lettre à celle qui lit mes romances érotiques, et qui devrait arrêter tout de suite" publié aux éditions Les Echappés. Un essai drôle, subversif et qui dénonce un nouveau fast-food littéraire.

 

 

 

Les "mommy porns", les adolescentes en mal d'expériences érotiques, les jeunes filles en fleurs qui attendent le prince charmant milliardaire et beau au possible ... Tous ces éléments, et tant d'autres encore, entrent dans la recette ici donnée par Camille Emmanuelle, cette recette d'une bonne romance érotique. Une recette littéraire et pourtant marketing avant tout. Il faut répondre à grands coups de tableau Excel à ce qu'attend la femme de 50 ans qui souhaite vibrer le soir avant de s'endormir, il faut répondre toujours avec la même trame littéraire à ce qu'attend l'adolescente pas forcément bien dans sa peau mais qui veut lire ce que ressent l'héroïne du roman quand le prince charmant l'est, dans sa peau justement.

 

 

Dans cet essai, tout est dépeint avec humour, comme souvent avec la plume de Camille Emmanuelle. Un pseudonyme pour celle qui partage la vie du dessinateur Luz, pseudonyme qui n'est pas choisi au hasard, vous vous en douterez bien. Après "Paris couche-toi là !" aux Editions Parigramme et "Sexpowerment : le sexe libère la femme (et l'homme)" aux Editions Anne Carrière, l'auteure qui contribue aujourd'hui chez l'Obs et Le Huffington Post publie chez Les Echappés un livre qui ne manque pas de piquant et d'intérêt tant il dépeint une nouvelle industrie littéraire qui nous fait nous interroger sur la construction de ces livres qui rencontrent un public toujours plus important.

 

 

 

 



Écrire commentaire

Commentaires : 7