"Amoursky Boulevard" de Jacques Enaux : entre Seine et Volga

Amoursky Boulevard est le premier roman de Jacques Enaux publié aux Editions de la Rémanence
Amoursky Boulevard est le premier roman de Jacques Enaux publié aux Editions de la Rémanence

"Amoursky Boulevard" de Jacques Enaux


Un catalogue qui se développe et s’étoffe année après année, des auteurs en devenir, une ligne éditoriale claire et passionnante … Les Editions de la Rémanence ont publié, en janvier dernier, Amoursky Boulevard de Jacques Enaux, un ancien conducteur de train passé à l’écriture. Une plume à nous emmener loin, très loin, un roman largement inspiré de la vie de son créateur. Lettres it be vous convie au voyage, c’est parti !

 

 

 

# La bande-annonce

 

 

Pour tromper l’ennui et mettre à profit ses six mois de convalescence, Jacques, célibataire endurci, s’inscrit sur un célèbre site de rencontres. Moins d’un an plus tard, enfin guéri, il décide de partir rencontrer Tatiana, la jeune femme avec laquelle il entretient une correspondance prometteuse, et se met en route pour Khabarovsk, aux confins de l’Extrême-Orient russe, à plus de 10 000 km de chez lui.

 

Avec beaucoup d’humour, sans concession et tambour battant, il nous déroule son histoire, touchante et vraie, d’une rare fraîcheur. Car sur place, rien ne se passe comme prévu. Découvertes et péripéties s’enchaînent, jusqu’à prendre un tour totalement inattendu…

 

 


Jacques Enaux publie son premier roman aux Editions de la Rémanence
Jacques Enaux publie son premier roman aux Editions de la Rémanence

# L’avis de Lettres it be

 

A la suite d’une interruption de son activité professionnelle, Jacques Enaux, conducteur de train, prit la décision, face à l’ennui qui pointait, de se dédier à l’écriture et de raconter certaines pages de sa vie. Voyages à l’étranger, aventures amoureuses d’un jour ou d’une vie … Une vie à raconter, de toute évidence. Il en ressort Amoursky Boulevard, une cantate entre la France et la Russie, entre l’amour palpable et l’amour virtuel.

 

 

 

L’écriture de Jacques Enaux est très forte, il faut le dire immédiatement. Enivrante, captivante, travaillée, brillante à souhait, Jacques Enaux délivre un roman autobiographique qui jouit d’une plume véritablement saisissante. Les phrases s’enchaînent avec un rythme qui, malheureusement, gagnerait en dynamisme, mais la plume est là pour garder le lecteur captif. Un petit plaisir à lire.

 

 

 

Bon, il faut quand même le dire : l’histoire de ce roman n’est pas la plus fraîche qu’on ait trouvée. Une histoire d’amour entre Volga et Seine, entre France et Russie, à mi-chemin entre un site de rencontres et un hasard de la vie. Pas de quoi casser trois pattes à une oie. Mais comme dit précédemment, et malgré la faiblesse du fil narratif déjà trop vu en librairie, la plume est toujours là  pour rasséréner le lecteur. Une heureuse découverte.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0