"Onanisme" de Justine Bo : l'abus de vain n'est jamais bon

Onanisme est le nouveau roman de Justine Bo publié chez Grasset
Onanisme est le nouveau roman de Justine Bo publié chez Grasset

Après Si nous ne brûlons pas publié en 2018 aux Éditions des Équateurs, Justine Bo revient et change tout. Nouvel éditeur, nouvelle thématique, nouveau style (?)… Ça donne quoi ? Lettres it be vous dit tout sur ce roman de la rentrée littéraire 2019 !


# La bande-annonce

 

Juillet 2018 : au lendemain de la finale de la coupe du monde, Cerbère, petite ville d’Occitanie à la lisière de l’Espagne, s’éveille dans l’euphorie de la victoire. Nour, vingt ans, travaille à mi-temps au McDonald’s qui longe la départementale. Avant de rejoindre le HLM où elle vit seule avec son père Saïd, elle fait un détour par la plage et se réfugie, comme à son habitude, dans un bunker pour se masturber. Ce jour-là, Nour y trouve un revolver. Elle s’en saisit avec l’idée de s’en défaire mais l’arme lui procure soudain une puissance inédite... Elle que l’on assigne depuis toujours - jeune, femme, arabe, assistée – se sent enfin exister.

 

 

En rentrant, elle retrouve son père mort. Parmi la foule de gens qui vont défiler, Nour réalise peu à peu qu’elle n’a personne sur qui compter, à l’exception de Simone, la voisine du dessus, et de Jonas, embaumeur au pied bot. L’arme devient dès lors son unique compagnon de galère. Nour va-t-elle se servir de ce revolver pour se libérer ?

 

 

 

Écrit dans une sorte d’urgence, Onanisme raconte bien plus que l’errance d’une jeune orpheline en perte de repères. Ce livre décrit un pays en proie à la misère sociale, aux préjugés et violences qu’elle produit. Justine Bo écrit comme elle ressent le monde, entre crudité et noirceur. Nour en est l’ultime brèche : celle d’une jeunesse avide de jouissance et de vie.

 

# L’avis de Lettres it be

 

 

Une jeune fille qui travaille péniblement dans un fast-food au niveau de la frontière franco-espagnole. Elle aime beaucoup se masturber. Elle subit la difficulté et la violence de la société, du racisme etc. Un jour, elle trouve une arme. Elle ne sait pas quoi faire. Hâtif, ce résumé du nouveau livre de Justine Bo n’en demeure pas moins exact. C’est décontenançant ? Pire que ça !

 


Justine Bo
Justine Bo

On a beau chercher, il n’y a rien de plus à dire sur ce nouveau livre de Justine Bo. Difficile de décrire un tel fourre-tout littéraire, un tel manque d’inspiration malgré une prise au sérieux qui pourrait tromper l’attention. Vraiment, la déception prime de bout en bout.

 

 

Pour son retour, Justine Bo propose un véritable mariage, un mariage conflictuel entre L’Étranger, le Baise-moi de Virginie Despentes et Leurs enfants après eux, Goncourt 2018 offert à Nicolas Mathieu. Assurément, un mariage qui tourne au vinaigre… À aucun moment de ce livre, de la première à la dernière page, la greffe ne prend. Tout est incohérent, maladroit, bancal, lunaire par endroit. Alors que Si nous ne brûlons pas, le précédent livre de l’auteure, retenait l’attention par son équilibre fragile et nuageux, Onanisme s’écroule dès les premières lignes sans retrouver le moindre souffle et le moindre intérêt. La lecture ressemble vite à une soirée devant l’Eurovision : on s’attend à ce que chaque page offre son lot d’aberrations et d’inutilités.

 

 

 

Malheureusement, Justine Bo démontre qu’un roman intriguant ou tout du moins un roman qui retient l’attention ne peut se construire qu’avec un assemblage approximatif d’idées et de thématiques ou avec l’utilisation des mots « bite », « masturber » ou « branler ». Cependant, rendons à César qui lui revient de droit : « onanisme » désigne dans le dictionnaire des « pratiques individuelles de masturbation ». Bien que plus intellectuel qu'individuel, ce livre n’a pas menti sur sa teneur…

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0