"Saisons du voyage" de Cédric Gras : suivre le guide du monde

Saisons du voyage est le dernier livre de Cédric Gras publié chez Stock
Saisons du voyage est le dernier livre de Cédric Gras publié chez Stock


Cédric Gras continue d’inscrire son nom dans le catalogue des éditions Stock. Après L’hiver aux trousses publié en 2015 puis Anthracite l’année suivante, le voilà qui revient aux affaires avec Saisons du voyage. Un récit intime, une vision mise à nue sur le voyage et ses déconstructions contemporaines. Vous avez dit mélancolie ? C’est peut-être bien plus que cela… Lettres it be a pris part à ces pérégrinations et vous en rapporte quelques mots.



 

# La bande-annonce

 

 

Du Tibet à l’Albanie, du Pakistan à la Mongolie et à travers toute l’Eurasie, Cédric Gras interroge le voyage. Rite de passage pour la jeunesse occidentale dont il faisait partie. Âge d’or de l’exploration d’un monde qui l’a fait rêver, mais que sa génération a trouvé transfiguré. Le voyage est aussi synonyme d’aventure, de poésie, de solitude ou de l’étude d’une langue. Comment redécouvrir la Terre au xxie siècle ?

 

 

# L’avis de Lettres it be

 

C’est un tour du monde le temps d’une vie qui nous est proposé dans ce livre récemment paru du côté des éditions Stock. Le tour du monde d’un homme, Cédric Gras, d’abord étudiant en géographie avant de partir vagabonder au gré des pays et des continents. Après avoir fait transparaître son goût pour l’ailleurs dans nombre de ses précédents livres, celui qui a contribué à créer l’Alliance française de Donetsk dès 2011 avant la naissance du conflit entre Russes et Ukrainiens propose cette fois un texte bien plus personnel, entre l’éloge et l’oraison funèbre du voyage.

 

Cédric Gras
Cédric Gras

La mélancolie qui imprègne les pages de ces Saisons du voyage est loin d’en être le seul élément constituant. Au-delà du récit de voyage qui est proposé de temps à autre, au-delà des reproches faits au modernisme galopant qui fait du voyage et de l’évasion un procédé mercatique comme les autres, Cédric Gras montre toute l’étendue de son talent d’auteur. C’est simple : la langue servie dans ce livre respire le travail, l’attention. L’édifice littéraire modeste et sans prétention aucune qui est proposé entre ces pages donne toute l’impression du travail bien fait, attentif, cette même impression qui habite l’observateur devant le travail de l’artisan attablé des heures durant pour ne laisser au hasard le soin de ne terminer aucun détail spécifique. Cédric Gras fait un pas assuré dans la cour des grands auteurs du moment, chaussé de ses bottes crottées d’aventurier. Sylvain Tesson ? Encore mieux, encore plus loin dans les terres vierges de la beauté littéraire.

 

 

 

C’est le récit d’un vagabond, le récit de quelqu’un qui a toujours longé les rails de la sédentarité moderne, refusant d’embarquer dans le moindre wagon, préférant le poids de son sac à dos et l’immanente légèreté de la découverte de l’ailleurs. Cédric Gras signe un livre de non-fiction qui a tout l’air de ce qu’il n’est pas. Difficile de ne pas marcher, page après page, dans les pas d’un tel aventurier discret, d’un amoureux de la perdition au-delà des frontières proches. Difficile de ne pas se perdre avec lui dans la froideur sibérienne avant de suer à grosses gouttes sous la moiteur asiatique. Saisons du voyage est le cri d’un cygne majestueux, l’un des derniers râles d’une époque tout entière et qui prend ici la plume d’un seul homme. Servi par une langue finement travaillée qui suinte par la moindre de ses pores le talent et la culture littéraire, ce livre est, déjà, un incontournable. Pour tous.


Écrire commentaire

Commentaires: 0