"L'enfant et le dictateur" de Marion Le Roy Dagen et Xavier-Marie Bonnot : enfance captive

L'enfant et le dictateur est le récit autobiographique de Marion Le Roy Dagen écrit avec l'aide de Xavier-Marie Bonnot et publié chez Belfond
L'enfant et le dictateur est le récit autobiographique de Marion Le Roy Dagen écrit avec l'aide de Xavier-Marie Bonnot et publié chez Belfond

Un film-documentaire, de nombreux témoignages, maintenant un livre : Marion Le Roy Dagen continue de raconter, pour notre plus grande joie, toutes les étapes de son existence débutée sous le joug  dictatorial de Ceausescu. Cette fois, c’est dans L’enfant et le dictateur paru chez Belfond et avec l’aide du touche-à-tout marseillais Xavier-Marie Bonnot que la jeune femme se livre et retrace son incroyable parcours. Lettres it be a tourné ces pages d’Histoire et vous en dit un peu plus.


# La bande-annonce

 

 

« Si vous ne pouvez pas vous occuper de vos enfants, l’État s’en chargera. » La devise du régime de Ceausescu a envoyé des milliers d’enfants dans des mouroirs. Marion était l’un d’eux. »
 

1989. En pleine révolution roumaine, les télévisions du monde entier révèlent la face la plus noire de l’univers concentrationnaire du régime communiste de Nicolae Ceausescu. Un choc. Devant les caméras, des enfants se balancent, hagards, derrière les barreaux de leurs lits crasseux. Les plus malades sont aux portes de la mort.
Marion est née de cette dictature. Abandonnée par sa mère alors qu’elle n’a pas encore un an, elle est placée dans un orphelinat de Ceausescu. Car le dictateur interdit l’avortement, réprime la contraception et force les naissances. Son but : peupler son pays au forceps d’une politique nataliste redoutable dont la formule « Si vous ne pouvez pas vous occuper de vos enfants, l’État s’en chargera » en dit long sur ses intentions.
 
Cette histoire est celle de Marion. Une quête d’identité, une recherche de soi après une enfance amputée. Adoptée à l’âge de six ans par un couple de Français, Marion n’a eu de cesse de retrouver ses parents biologiques et de se reconstruire.

 


Naître à nouveau, comprendre la perversion d’un régime totalitaire et s’ouvrir au drame de ces dizaines de milliers d’enfants sacrifiés sur l’autel de la dernière des dictatures de la guerre froide.

 

# L’avis de Lettres it be

 

 

C’est un récit-choc. La quatrième de couverture ne laisse aucun doute à ce sujet et invite le lecteur à découvrir les arcanes de l’un des derniers régimes dictatoriaux européens, celui du roumain Nicolae Ceausescu. L’enfant et le dictateur va donc se concentrer sur la politique nataliste menée par ce régime disparu le 25 décembre 1989 avec la mort du dictateur et de sa femme à la suite du renversement de l’un des derniers régimes communistes et qui restera dans les annales pour avoir été le plus sanglant de tout le bloc soviétique. Le ton est donné, l’Histoire est livrée ici à quatre mains dans tout ce qu’elle a de plus sombre. Et dans les rares rédemptions offertes.

Marion Le Roy Dagen
Marion Le Roy Dagen

Marion Le Roy Dagen a connu les derniers souffles de cette dictature. Elle est issue de cette politique nataliste abjecte, enlevant les enfants des familles roumains pour les élever selon de graves dispositions étatiques. A la chute du régime, elle est adoptée à l’âge de 6 ans par un couple de français. A partir de ce moment fatidique va commencer une quête de soi, une lutte pour la reconstruction, une course acharnée vers ce qu’elle est réellement, tiraillée entre l’amour de ses parents adoptifs et l’envie de savoir. Une petite histoire de la grande qui se refuse à toute autofiction malvenue et au moindre sentimentalisme exacerbé. Un choix assumé, fort et qui donne à la lecture un tout autre intérêt.

Xavier-Marie Bonnot
Xavier-Marie Bonnot

C’est une vie qui nous est décrite à travers les pages de l’Histoire, des pages souvent sombres et difficilement lisibles. A l’aide de la plume aguerrie de Xavier-Marie Bonnot, Marion Le Roy Dagen se livre sans fard, à travers toutes les étapes marquantes de son existence. De cet abandon en pleine révolution roumaine jusqu’à ses tentatives de reconstruction personnelle, la jeune femme dénoue les fils de ses périples passés et livre un récit personnel touchant, complet. Et bien que la petite musique aisée et trop répandue du « N’oubliez jamais, les heurts dictatoriaux ne sont jamais éloignés » résonne parfois dans cet ouvrage, L’enfant et le dictateur reste un récit autobiographique saisissant, qui plonge le lecteur dans les méandres d’une page méconnue de l’Histoire.


Écrire commentaire

Commentaires: 0