"Le gang des rêves" de Luca Di Fulvio : itinéraire d'un enfant pas gâté

"Le gang des rêves" de Luca Di Fulvio


Une plongée dans le New York des années 20, dans les pas de Cetta Luminita et de son fils Christmas. Deux destins pour expliquer la magnificence et à la fois la tragédie d'une même époque. Luca Di Fulvio prend le pari de raconter tout cela dans un seul et unique roman, "Le gang des rêves". Attention, ça tourne !

 

// "Parce que, vous les Italiens, pour les Américains, vous n'êtes pas blancs ! Vous avez ce qu'ils appellent la « goutte noire » (et il rit à nouveau)." //

 

# La bande-annonce

 

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt...

L'histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s'achève quelques heures plus tard sans qu'on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio.

Roman de l'enfance volée, Le Gang des rêves brûle d'une ardeur rédemptrice : chacun s'y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l'illusion de la pureté.

Dramaturge, le Romain Luca Di Fulvio est l'auteur de dix romans. Deux d'entre eux ont déjà été adaptés au cinéma; ce sera le destin du Gang des rêves, qui se lit comme un film et dont chaque page est une nouvelle séquence.

 

 

# L'avis de Lettres it be

 

Luca Di Fulvio, d'abord proche du thriller puis, pendant quelques temps, de la littérature pour enfants, se penche avec "Le gang des rêves" sur la littérature classique. De toute évidence, un coup d'essai qui a tout d'un coup de maître si l'on en croit la puissance de son roman qui pourrait bien marquer d'une pierre blanche le renouveau du roman américain, ces romans fleuves aux allures de "page-turner" et qui offrent, en quelques centaines de pages pluralité de voix et de destins.

 

L'histoire du jeune Christmas et de sa mère, fraîchement arrivés aux Etats-Unis par le biais de la grande vague d'immigration italienne des années 20, est au coeur de ce roman. Un présupposé certes déjà vu mais qui, ici, prend une ampleur incroyable faite de rebondissements nombreux autour de personnages tous plus intéressants les uns que les autres.

 

// "Un voyou. Il deviendrait un assassin. Parce que, quand on pense que sa propre vie ne vaut rien, quand on n'a pas de respect pour soi-même, les autres finissent par compter pour du beurre." //

 

Mais au-delà de l'histoire du roman, plusieurs thématiques propres à l'organisation sociale américaine des années 20 sont mises en lumière. Qui des Noirs, des Italiens, des Irlandais, qui est vraiment l'étranger ? Lutte des classes, guerre des modes de vie, ce roman est aussi celui des prémisses d'une Amérique face à son destin, face à toute cette lumière et tous ces orages qui pointent à l'horizon.

 

C'est un roman qui aurait pu être un film de Martin Scorsese. C'est un roman qui est vécu pleinement, intensivement. Les pages se tournent à une vitesse incroyable et l'histoire se déroule, l'histoire d'un homme, d'un pays, d'une Histoire. C'est un roman à découvrir sans attendre si, vous aussi, voulez vivre un "American dream" qui fleure bon les plaines napolitaines.

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Franck Chanloup (mercredi, 30 août 2017 09:39)

    Superbe chronique pour un sacré roman ...