"Les Retournants" de Michel Moatti : au revoir là-bas

Michel Moatti publie Les Retournants chez HC Editions après le succès de Tu n'auras pas peur, prix polar Cognac 2017
Michel Moatti publie Les Retournants chez HC Editions après le succès de Tu n'auras pas peur, prix polar Cognac 2017

C’est un auteur à surveiller encore et encore qui revient en librairie avec Les Retournants publié chez HC Editions. En effet, Michel Moatti se remet tout juste du grand succès rencontré par l’un de ses précédents livres et propose un nouveau polar original sur la forme et qui devrait captiver nombre de lecteurs pour bien des raisons. Lettres it be vous dit tout au sujet de ces Retournants.


 

# La bande-annonce

 

 

Août 1918. Vasseur et Jansen ont décidé de fuir. Quitter le front de la Somme et ne pas mourir dans les derniers assauts de cette guerre qui n’en finit plus. Alors qu’ils s’éloignent des tranchées sous de fausses identités, les deux lieutenants scellent leurs destins.

 

Ils se connaissent mal, mais Jansen comprend très vite que son complice est un psychopathe prenant un plaisir insupportable aux crimes qu’ils doivent commettre.

Ils trouvent refuge au domaine d’Ansennes, une étrange propriété à l’abri de la guerre et du monde. Là vivent un vieil industriel ruiné, sa fille Mathilde, poitrinaire et somnambule, et la très secrète Nelly Voyelle, leur domestique.

 

 

Mais déjà, François Delestre, dit “le Chien de sang”, un capitaine de gendarmerie traqueur de déserteurs, est sur la piste des deux hommes. Comme les limiers de chasse au flair infaillible, il a la réputation de ne jamais lâcher sa proie…

 

 

# L’avis de Lettres it be

 

 

Maître de conférences à l’Université de Montpellier mais aussi journaliste, Michel Moatti revient en librairie avec Les Retournants, un polar novateur qui se déroule au crépuscule de la Première Guerre Mondiale, dans une France déchirée, qui pleure déjà ses disparus. Après Retour à Whitechapel : La véritable histoire de Jack l’éventreur qui rencontra un franc succès dès sa parution en 2013 et ensuite avec sa parution en poche chez Pocket, après Blackout Baby ou encore Tu n’auras pas peur, Michel Moatti fait son retour avec une nouvelle histoire qui profite de son sens de l’investigation et de la fouille d’archives. En effet, le contexte de cette période historique est très bien retranscrit, le lecteur se trouve très vite plongé dans une ambiance particulière, sombre, lasse d’un conflit meurtrier à travers les pays.

 

Michel Moatti
Michel Moatti

Nous suivons donc les pas de Vasseur et Jansen, deux déserteurs français ayant décidé de rompre les rangs à l’approche d’un armistice si loin, si proche. Un duo de bric et de broc qui apprendra, dans la douleur, à se connaître et survivre tant bien que mal. De là, l’affreux François Delestre, capitaine de gendarmerie tendrement surnommé « Le Chien de sang », va se mettre sur leurs traces pour les faire comparaître face au tribunal de guerre. Une course-poursuite haletante et qui s’adapte au code d’une époque particulière. Au fil des pages, difficile de ne pas penser à diverses références qui vont d’un Au revoir là-haut et son ton grave à l’aube d’un conflit mondial, jusqu’aux Tuniques bleues et le comique d’un duo à qui tout sourit, ou presque. Malgré l’inquiétude qui grimpe crescendo, Michel Moatti s’accorde quelques facilités scénaristiques plutôt bien senties (la découverte « hasardeuse » de deux médecins morts etc.) et qui ne réduisent pas pour autant l’intérêt du livre. La langue est juste, modeste, juste ce qu’il faut.

 

 

 

C’est un polar plutôt original que Michel Moatti nous offre avec Les Retournants. Un polar qui s’inscrit dans un cadre historique que l’on est pas vraiment habitué à retrouver traité de la sorte. Un grand point fort à souligner dans le même temps que les petites faiblesses parsemées dans le livre. En effet, l’intrigue ne profite pas d’un très grand suspens, tout semble finalement plutôt attendu concernant les différentes péripéties du duo de personnages en présence. Malgré tout, un livre surprenant, qui captive et sait faire preuve d’une concision bienvenue. A découvrir pour les amoureux d’histoires de la grande.

Écrire commentaire

Commentaires: 0