"Pills nation" d'Adrien Pauchet : c'est chaud, ça brûle !

Pills nation est le premier livre d'Adrien Pauchet publié chez Aux Forges de Vulcain
Pills nation est le premier livre d'Adrien Pauchet publié chez Aux Forges de Vulcain

"Le Dernier Hyver" de Fabrice Papillon


C’est une bien belle découverte qui semble pointer le bout de son nez du côté de la maison Aux forges de Vulcain. Une découverte qui prend l’apparence d’Adrien Pauchet, jeune auteur encore méconnu qui déboule avec Pills nation, un thriller médicamenteux bien senti qui met aux prises toute une micro-société parisienne dans une affaire d’étranges gélules qui permettent de parler aux morts. Rien que ça. Lettres it be a avalé la pilule et vous en dit plus.

 

 

# La bande-annonce

 

 

Paris, de nos jours, la canicule. Le taux de mortalité grimpe, à mesure que monte l'angoisse : les plus âgés ne sont pas seuls à mourir. Une drogue étrange et hors de prix, l'Orphée, fait croire à ceux qui la consomment qu'ils peuvent revoir leurs morts. L'ensemble de la société s'effondre. Mais un dernier rempart improbable se dresse : Caroline, capitaine de police, elle-même consommatrice de la drogue miracle. Qu'est-ce qu'Orphée ? Qui la fabrique ? Pourquoi ? Dealers et flics, jeunes et vieux, riches et paumés vont tous être embarqués dans une enquête en forme de descente aux enfers dont le rythme effréné est rendu délicieusement douloureux par la moiteur étouffante de la capitale au soleil de plomb.

 

Portrait d'une société à la dérive, grand tableau d'un Paris vénéneux, ce premier roman policier nourri de séries télévisées, lorgne à la fois vers la violence incandescente de The Shield et la justesse descriptive de The Wire.

 

# L’avis de Lettres it be

 

 

 

Paris. Il y fait chaud, très chaud. La canicule frappe fort. Des corps desséchés, momifiés vont être retrouvés un peu partout dans la capitale. La faute à la température élevée, forcément. Sauf que ces cadavres qui présentent des symptômes propres à un décès datant de plusieurs semaines ne sont en vérité cadavres que depuis quelques jours … C’est à partir de ces événements peu ragoûtants, c’est rien de le dire, que démarre en trombe le roman d’Adrien Pauchet. Une enquête vraiment originale va naître de cela, autour d’une pilule rouge et blanche au cœur de toutes les attentions.


Adrien Pauchet
Adrien Pauchet

 

Grande force du livre, à mentionner dès à présent : la multitude de tiroirs, d’histoires dans l’histoire qui peuplent les pages de ce thriller. Les personnages s’accumulent, les situations croisées se multiplient, on craint vraiment de perdre le fil, mais il n’en est rien. Le rythme est saisissant, l’histoire terriblement bien ficelée. Les pages se tournent et le médicament fait vraiment effet : on est emporté, le cœur s’accélère au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue. Fort, très fort.

 

 

Malgré le rythme incroyable de ce livre, on regrettera quelques incohérences çà et là, de petits accrocs qui ternissent (très) légèrement l’impression générale. Par exemple, il est mentionné une température de 85 degrés (!) dans les rues de Paris au plus fort de cette canicule. On imagine plutôt mal les rencontres dans les allées du cimetière et ces passages de pilule de la main à la main, le coup de la fille de la policière aux prises avec les pires escrocs fait un peu déjà-vu … Mais ce n’est rien, le temps tu le sais bien, ce n’est rien (coucou Julien Clerc).

 

 

 

Un très bon thriller, original sur le fond, qui augure en tout cas de très bonnes choses à venir pour Adrien Pauchet.

Écrire commentaire

Commentaires : 0