09/06/2020 : Téléréalité et terrorisme, même combat ?

Toutes les semaines, recevez les courriers de Lettres it be.

 

Au programme : décryptage de l'actualité récente, informations marquantes à retenir, résumé des meilleurs livres à ne pas manquer...

 

Pour vous abonner gratuitement, cliquez sans attendre sur le bouton juste en-dessous !

Amie lectrice, ami lecteur,

 

 

"Quoi, tu regardes des émissions de téléréalité ?"

 

 

Si vous n'avez jamais entendu cette phrase, c'est que vous l'avez prononcée.

 

 

Cette phrase, elle s'accompagne toujours de deux yeux écarquillés, voire d'un petit rictus de mépris.

 

 

Cette phrase, au-delà de la douce saveur de pédanterie qui s'en dégage, elle est dramatique...

 

 

La téléréalité, c'est devenu l'ennemi. Terminée la belle époque où cet objet télévisuel attirait même l’œil des intellectuels qui y consacraient bon nombre d’articles et d’ouvrages.

 

 

Tout le monde s'est lassé, on a l'habitude.

 

 

Comment en sommes-nous arrivés là ?

 

En 2001, l'année d'apparition de Loft Story sur M6, la toute première émission du genre en France, tous les yeux sont rivés sur ce phénomène venu des USA.

 

 

La même année, les deux tours du World Trade Center s'effondrent. Des centaines de morts. Le monde entier accède à cette réalité en direct et à distance ("télé" - "réalité").

 

 

Aujourd'hui, 19 ans plus tard, l'idée de voir des bimbos en maillot de bain et des hommes aux abdominaux tracés comme une carte routière, cette idée-là ne passionne plus grand-monde...

 

 

... et, 19 ans plus tard, chaque nouvel attentat, aussi atroce soit-il, est vite recouvert du sombre vernis de l'habitude.

 

On allume trois, quatre bougies, les journalistes font leurs gros titres pendant quelques jours, juste le temps que le cirque politique joue son numéro habituel et… c’est tout.

 

 

Tout le monde s'est lassé, on a l'habitude.

 


Couvrez ce lien que je ne saurais voir

 

Téléréalité et terrorisme, deux revers de la même médaille.

 

Ne vous énervez pas tout de suite, vous allez vite comprendre où je veux en venir…

 

Le nouveau millénaire nous a fait entrer dans un accélérateur de particules géant.

 

Tout va plus vite, tout est connecté, l’information circule plus rapidement que jamais.

 

Le moindre évènement de l’autre côté de la planète est accessible presque en temps réel

 

Résultat : c’est le trop-plein. Une image chasse l’autre, une information chasse l’autre.

 

Et il faut suivre le rythme : chacun essaie de s’accrocher comme il le peut.

 

On minimise, on fait le tri dans tout ça.

 

·       Un scandale financier qui frappe une grande entreprise du CAC 40 ? Bouarf, c’est pas la première fois…

·       Des révélations du Canard enchaîné sur les mensonges répétés d’un élu de la République ? Ce sera pas la dernière fois…

·       Un attentat qui ôte la vie à plusieurs de nos compatriotes ? Mauvais endroit, mauvais moment…

 

Dans la bagarre, on se raccroche à ce que l’on peut et…

 

on met le réel à distance : c’est la téléréalité.

 

Le réel au centre de tout, toujours

 

Les émissions de téléréalité mettent en images ce que nous faisons tous au quotidien : mettre le réel à distance.

 

Un réel qui peut faire peur, qui peut faire envie, qui peut nous laisser indifférent…

 

Ces émissions ont seulement le culot d’assumer ce rapport. De Loft Story aux Anges en passant par Koh-Lanta et j’en passe, toutes les émissions de téléréalité XXX

 

Le risque, c’est de se lasser du réel.

 

Il faut toujours l’observer, le scruter. Dès que l’on met le réel à distance, que l’on pense qu’il ne vaut plus assez pour le regarder en face, c’est là que le danger pointe le bout de son nez.

 

Cette réflexion n’est pas seulement la mienne : Guillaume Sire, auteur de l’excellent Réelle (Éditions de l’Observatoire), m’exposait sa vision passionnante de la téléréalité depuis 2001 dans l’Apéro, pistaches et littérature que nous avons fait ensemble.

 

La prochaine fois que quelqu’un se surprend devant vous que l’on puisse regarder « de la téléréalité », proposez de regarder d’abord la réalité, et la réalité seule.

 

·       Des bimbos en maillot de bain qui se trémoussent toute la journée devant la caméra : qu’est-ce que cela dit de notre époque, de ce besoin de voir nos congénères évoluer ainsi ?

·       Un acte terroriste commis par un « déséquilibré » : pourquoi ce drame est arrivé ? Que peut-on imaginer pour qu’il soit le dernier ?

·       Un élu politique qui est pris sur le fait en trichant et en mentant à ses électeurs : peut-on imaginer un retour en politique de ce personnage ? Quelles sont les conséquences de cet évènement ?

 

Nous devons toujours prendre le réel à bras-le-corps. Ne jamais le quitter des yeux ou de l’esprit.

 

Derrière notre refus de voir se cache toujours une acceptation de l’échec.

 

On se retrouve bientôt, 
 

Rémy de Lettres it be 

 

 

 

Vous n’êtes pas d’accord ? Vous voulez réagir ? Envoyez-moi vos commentaires à lettresitbe@gmail.com !