"Le Seigneur de Charny" de Laurent Decaux : sur le seuil de l'Histoire

Le Seigneur de Charny est le premier livre de Laurent Decaux
Le Seigneur de Charny est le premier livre de Laurent Decaux

"Le Seigneur de Charny" de Laurent Decaux


Juste après avoir découvert L’énigme des trois livres, le dernier livre de Robert Audiffren publié chez Les Presses du Midi, Lettres it be est reparti à travers notre Histoire au côté de Laurent Decaux. Ce nom vous sonne à l’oreille comme quelque chose de vaguement connu, voire de très familier ? En effet : Laurent n’est autre que le fils du célèbre historien, écrivain et biographe, Alain Decaux. Maintenant que les présentations ont été faites, passons à ce Seigneur de Charny, sur les traces du Saint Suaire.

 

 

 

# La bande-annonce

 

 

 

Champagne, 1382. Quand, après six années de croisade, Jacques de Charny regagne enfin ses terres, il découvre, stupéfait, une foule immense massée devant l’église du château.

De toute l’Europe, des pèlerins affluent pour prier devant la relique extraordinaire détenue par la famille : le saint suaire, sur lequel apparaît le corps martyrisé du Christ. Pour sauver le domaine de la faillite, Jeanne, la mère de Jacques, a décidé d’exposer publiquement cette relique cachée aux yeux du monde depuis des décennies.

Alors qu’il espérait être accueilli à bras ouverts, Jacques se heurte à la défiance et l’hostilité de tous. Sa mère, la première, lui reproche d’avoir ruiné la seigneurie avec ses voyages en Orient. Pierre d’Arcis, l’implacable évêque de Troyes, veut interdire l’exposition du drap sacré. Et même sa promise, la ravissante Hélène, s’est mariée à un barbon…  Seuls ses deux amis d’enfance, Miles, le bouillonnant comte de Brienne, et Arnaut, le fougueux chevalier de Jaucourt, semblent se réjouir de son retour.

 

C’est alors qu’un jeune seigneur et sa suite arrivent en Champagne pour admirer la sainte relique. Pour Jacques, cette visite inattendue va s’avérer providentielle…

 

 

# L’avis de Lettres it be

 

 

Un grand roman d’aventure, un entremêlement de passion, d’amitié et d’audace, le triomphe de toutes ces valeurs sur la mort et le déshonneur … C’est comme tel qu’est présenté le premier ouvrage de Laurent Decaux publié chez XO Editions (un merci en passant). Un ouvrage qui s’enfouit dans les tiroirs de l’Histoire pour tenter d’en retirer les plus belles pièces, les éléments secrets à exhiber afin de construire un bon bouquin autour de tout cela. Un pari réussi ?


Laurent Decaux
Laurent Decaux

 

On part ainsi sur les traces du Saint Suaire avec toute cette belle famille de Charny et, en première ligne, le courageux et gaillard Jacques. Une épopée mise en contexte dans une France en proie aux déchirements religieux de l’époque. Toute l’intrigue va se tisser autour de ces différents éléments, pour un rendu final intéressant quoique peut-être améliorable dans le rythme. Une aventure certainement, un regard historique pertinent assurément. C’est peut-être l’une des principales forces de ce livre que de proposer la vivacité du roman couplée à la curiosité du livre d’Histoire. Cette fusion guidée par une plume déjà affirmée et qui brillerait peut-être bien plus à se risquer en-dehors des sentiers battus du récit historique, visiblement maîtrisé.

 

 

 

Comme souvent, les plongées historiques s’accompagnent d’un bagage de connaissances à toujours garder près de soi. Difficile de garder le fil, d’identifier le contexte précis lorsque les personnages et les péripéties s’amoncellent sans que nous ayons la moindre idée de qui ni de quoi il peut s’agir. Laurent Decaux n’échappe pas cet écueil que nous relevions déjà dans L’énigme des trois livres. Un léger problème, sûrement propre au genre, mais qui se surmonte avec cette plume, comme nous le disions plus haut, alerte et passionnée.

 

 

 

 

Laurent Decaux a ça dans le sang. Passons sur ses liens filiaux déjà abordés, mais c’est évident que l’Histoire habite cet homme qui œuvre encore aujourd’hui dans le vin. Les pages de son premier livre sont habitées d’autant de cépages, d’inspirations, d’idées, tout cela rassemblé sous l’étendard d’une passion qui ne fait aucun doute. On vibre à travers l’Histoire, et c’est déjà très bien pour se sustenter.

Écrire commentaire

Commentaires : 0