02/07/2020 : La leçon de communication d'Agnès Buzyn

Toutes les semaines, recevez les courriers de Lettres it be.

 

Au programme : décryptage de l'actualité récente, informations marquantes à retenir, résumé des meilleurs livres à ne pas manquer...

 

Pour vous abonner gratuitement, cliquez sans attendre sur le bouton juste en-dessous !

 

Amie lectrice, ami lecteur,

 

C’était il y a quelques jours, l’événement que beaucoup de gens attendaient : le passage d’Agnès Buzyn devant la commission d’enquête sur la gestion de la crise sanitaire.

 

Tout le monde avait encore en tête les déclarations de l’ex-ministre de la Santé.

 

« Je savais, j’ai prévenu mais on ne m’a pas écouté ».

 

Nous ne sommes pas passés loin du : « Si j’avais su, j’aurais pas v’nu ».

 

Tout le monde attendait des explications. Et personne n’a été déçu…

 

 

Quand les mots ne suffisent plus

 

Que dire de ce moment télévisé qui restera grave dans les annales du manque de confiance en soi ?

 

  • Le nez dans les fiches pendant de longs instants.
  • Des regards furtifs et paniqués lancés aux personnes à ses côtés.
  • Des bafouillages à la pelle.
  • Des hésitations pour trouver le mot juste, celui qui la décrédibilisera le moins possible…

 

Et puis il faut regarder les déclarations dans le détail…

 

  • « Vous ne pouvez pas dire que je n’ai pas anticipé ! »
  • C’est « totalement par hasard » qu’elle lit « une première alerte, sur Twitter, pendant les vacances de Noël : un blog en anglais rapportait des cas de pneumonies ».

 

N’importe quel citoyen ayant suivi l’évolution de la crise se fera une joie de s’arracher les cheveux à la vue de telles déclarations.

 


En quelques dizaines de minutes, assurément trop longues pour l’intéressée, Agnès Buzyn a montré que, même pour nos responsables politiques, à un moment donné les mots ne suffisent plus.

 

Les mots ne sont plus assez forts pour travestir les faits, les mensonges et les erreurs.

 

Sont-ils vraiment à leur place ?

 

On va mettre les pieds dans le plat…

 

La longue plaidoirie de Dame Buzyn ressemblait beaucoup à l’exposé de SVT d’une jeune collégienne qui avait commencé à préparer le matin dans le bus.

 

Toute la panoplie d’hésitations, de silences et de bafouillages était réunie pour garantir un échec retentissant, presque encore plus cuisant que celui des élections municipales pour la ville de Paris.

 

Une seule question se pose : Agnès Buzyn, et tous ceux qui ont travaillé à ses côtés, sont-ils vraiment à leur place ?

 

Quand on voit poindre autant d’amateurisme lorsqu’il s’agit de rendre des comptes, comment peuvent-ils gérer le pays, comment ont-ils pu ?

 

On se retrouve bientôt, 

 

Rémy de Lettres it be 

  

Vous n’êtes pas d’accord ? Vous voulez réagir ? Envoyez-moi vos commentaires à lettresitbe@gmail.com !