· 

"Steak Machine" de Geoffrey Le Guilcher : dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu tues

Le RAID, 30 ans d'interventions de Jean-Marc Tanguy aux Editions Pierre de Taillac
Le RAID, 30 ans d'interventions de Jean-Marc Tanguy aux Editions Pierre de Taillac

 

Jusqu'à la bête de Timothée Demeillers et maintenant Steak Machine de Geoffrey Le Guilcher, cette rentrée littéraire 2017 est décidément celle des infiltrations dans les abattoirs, infiltrations romancées ou pas. Alors que Timothée Demeillers prit le pari, dans son roman, de raconter (et d'imaginer) le quotidien des employés d'un abattoir près d'Angers, Geoffrey Le Guilcher, pour sa part, a opté pour le contre-pied : plutôt que de romancer la chose, autant la vivre au plus près. Résultat : Steak Machine, le récit-vrai du quotidien des employés d'un abattoir breton, le récit-vrai de l'expérience d'un journaliste devenu maillon d'une chaîne où périssent chaque jour des centaines et des centaines d'animaux..

Geoffrey Le Guilcher dans ses oeuvres
Geoffrey Le Guilcher dans ses oeuvres

 

 

 

 Voyage en terre inconnue

 

 

La rencontre de ces hommes et ces femmes à qui la chaîne d'abattage n'évite rien, le récit de ces animaux à peine étourdis et déjà découpés, l'explication des différentes réglementations en vigueur et tellement loin des réalités de terrain, et tellement d'autres choses encore ... Geoffrey Le Guilcher ne pardonne rien au lecteur. Tout est dit, raconté, avec précision et moult explications. Aucune place n'est laissée à la romance et l'invention. Du vécu posé sur papier, rien que ça. Une immersion que l'on vit pleinement dans ces quelques 160 pages. L'intention ici n'est pas d'éloigner le lecteur de toute velléité carnivore, comme on pourrait le croire dans le brillant No Steak d'Aymeric Caron. Geoffrey Le Guilcher fait simplement vivre au lecteur ce qu'est un abattoir, de l'intérieur, sans fard. Ni plus, ni moins.

 

 

 

Et alors que la tendance est aux reportages-chocs qui pullulent à la télévision avec ces images d'animaux torturés et découpés à un rythme diabolique, Le Guilcher centre son livre sur ces hommes et ces femmes qui oeuvrent, jour après jour, à faire fonctionner la machine au dépend de leur propre santé, de leur propre vie. Une prise de vue origine et qui suffit à faire de ce livre un incontournable pour la période. Et si on rajoute à cela une écriture fluide, journalistique, épurée, inutile de vous dire que ce livre a tout sa place dans votre bibliothèque et son contenu dans votre esprit.

 

 

Mention spéciale aux Editions Goutte d'Or qui publie ce livre avant l'immense Paname Underground de Zarca dont l'interview est à retrouver sur Lettres it be.

 

 



Écrire commentaire

Commentaires : 0