"Un certain M. Piekielny" de François-Henri Désérable : dans les pas de l'inconnu

Les boutons de Jéricho est le premier livre d'Annick Boisset publié aux Editions de la RémanenceUn certain M. Piekielny est le dernier livre de François-Henri Désérable publié chez Gallimard
Un certain M. Piekielny est le dernier livre de François-Henri Désérable publié chez Gallimard

"Un certain M. Piekielny" de François-Henri Désérable


Nominé pour le prix Médicis, Goncourt, Interallié ou encore pour le Prix de l’Académie Française (où il croisera la route d’un certain Art de perdre ou encore d’un certain Summer), Un certain M.Piekielny est le coup d’éclat de cette rentrée littéraire 2017 à en croire nombre de critiques. Il s’agit du troisième roman de François-Henri Désérable, le troisième à être publié dans la plus prestigieuse des collections Gallimard après Evariste et Tu montreras ma tête au peuple. L’ouvrage de la maturité, celui du succès mérité avec cet hommage appuyé à Romain Gary ? Lettres it be vous dit tout.

 

 

 

# La bande-annonce

 

 

 

"Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny..."

Quand il fit la promesse à ce M. Piekielny, son voisin, qui ressemblait à "une souris triste", Roman Kacew était enfant. Devenu adulte, résistant, diplomate, écrivain sous le nom de Romain Gary, il s’en est toujours acquitté : "Des estrades de l’ONU à l’Ambassade de Londres, du Palais Fédéral de Berne à l’Élysée, devant Charles de Gaulle et Vichinsky, devant les hauts dignitaires et les bâtisseurs pour mille ans, je n’ai jamais manqué de mentionner l’existence du petit homme", raconte-t-il dans La promesse de l’aube, son autobiographie romancée.

 

 

 

Un jour de mai, des hasards m’ont jeté devant le n° 16 de la rue Grande-Pohulanka. J’ai décidé, ce jour-là, de partir à la recherche d’un certain M. Piekielny.»

 

# L’avis de Lettres it be

 

 

Gary, Ajar. Romain, Emile. Qui n’a pas déjà entendu ces noms, ces prénoms qui reviennent dans l’Histoire des lettres françaises comme la rengaine du talent éphémère, comme cette étincelle d’un temps que l’on n’attend plus. François-Henri Désérable remet le couvert avec Un certain M.Piekielny.  Il suffira d’une balade à Vilnius, sur les traces de Gary, pour que l’inspiration émerge dans l’esprit fécond et déjà remarqué de Désérable. Un livre qui débute donc à travers une quête, pourtant possiblement vaine et définitivement peu captivante : mais qui est donc ce M.Piekielny, celui-là même qui dit un jour à Romain Gary : « Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny… » ? C’est à travers la recherche de cet homme que Désérable va sembler trouver, et le lecteur avec, bien plus que cela.


François-Henri Désérable
François-Henri Désérable

 

Allons à l’essentiel : ce n’est pas tant le regard en arrière qui nous intéresse dans ce roman, ni les pérégrinations de l’auteur/narrateur sur les traces de Romain Gary. La force qui se dégage de ces quelques centaines de pages est bien ailleurs. Elle est dans cette plongée dans l’œuvre d’un homme dual, d’un auteur parmi les écrivains majeurs de son siècle. Cette même plongée qui immisce le lecteur dans une compréhension en douceur d’une œuvre qui n’est plus à présenter, une œuvre fleuve, sans coup férir. De La promesse de l’aube à Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable, l’œuvre de l’homme aux deux Goncourt n’a cessé de passionner et déclencher les sensibleries. Et François-Henri Désérable de continuer à enfoncer le couteau dans la magnifique plaie pour tenter, une fois n’est pas coutume, de mieux comprendre à l’aide de ce Monsieur Piekielny. Façon Sainte-Beuve, François-Henri Désérable tente d’expliquer l’artiste par l’homme, l’œuvre par la vie. Des phrases pour expliquer des souvenirs, des mots pour traduire tout un passé. Le pari est osé.

 

 

 

 

Destin de fiction, destin d’un abandon des mémoires ? Tout se trame autour d’un pauvre petit homme rabougri aux allures de souris mais à l’existence finalement bien plus captivante que cette courte allusion qu’en fait Gary. Un destin qui, pourtant, ouvre sur un livre brillant qui, pour son cas, ne trahit jamais les espoirs placés en lui. Belle découverte.

Écrire commentaire

Commentaires : 0