Interview d'Adrien Pauchet ("Pills nation" publié Aux forges de Vulcain)

Pills nation est le premier livre d'Adrien Pauchet publié chez Aux Forges de Vulcain
Pills nation est le premier livre d'Adrien Pauchet publié chez Aux Forges de Vulcain

Pills nation est le premier livre d'Adrien Pauchet publié Aux forges de Vulcain. Une histoire surprenante, à la croisée des chemins entre plusieurs genres littéraires et qui avait retenu toute l'attention de Lettres it be. Nous avons discuté un peu plus avec Adrien Pauchet pour en savoir plus sur lui et son ouvrage.

 

Bonjour et merci de prendre part à cette interview pour Lettres it be. Tout d’abord, une question terriblement basique mais indispensable : qui êtes-vous Adrien Pauchet ? Que faisiez-vous avant de publier votre premier livre, Pills nation ?

 

Bonjour ! Je suis le co-fondateur d’une société de production qui se nomme Ov Studio, pour laquelle je travaille au quotidien. Nous produisons des films pour la publicité notamment, entre Lille et Paris, mais nous produisons aussi un peu de fiction. C’est d’ailleurs dans ce cadre que Pills Nation a été développé. Il s’agissait à la base d’une Web-Série, pour laquelle une saison complète avait été écrite sous la forme d’un scenario. David, le directeur des  Éditions Aux Forges de Vulcain, a très vite montré son intérêt pour l’histoire. Hugues Girard et François Szabowski m’ont ensuite aidé à transformer cette forme un peu brute de scenario en un véritable roman.

 

 

Il s’agit de votre tout premier ouvrage. Qu’est-ce qui a pu vous pousser vers l’écriture d’un thriller aussi sombre que Pills nation ?

 

La volonté, dès le départ, était de mélanger deux genres différents, à savoir le polar et le fantastique. Je souhaitais absolument placer l’intrigue dans Paris, afin de jouer avec la ville et sa géographie pour proposer un véritable polar urbain, qui surprendrait avec une approche différente et originale. C’est l’élément fantastique du roman qui a constitué la clé permettant de trouver le bon ton et le bon équilibre dans l’histoire.

 

 

Des auteurs en particulier ont pu vous pousser vers ce genre ?

 

Mes références sont plus à chercher du côté de l’aspect fantastique de l’histoire. J’ai été un lecteur assidu de Castaneda, et de toute une série de livres tournant autour de la question des expériences extracorporelles et du chamanisme. En mélangeant tout cela avec mon amour des séries télévisées comme The Wire ou The Shield, je pensais tenir la recette d’un cocktail intéressant. L’aspect fantastique est ce qui me permet de me rapprocher des personnages, de rentrer dans une véritable intimité avec eux.


 

Vous abordez plusieurs thèmes d’actualité : le réchauffement climatique à travers cette canicule record, le marché noir de la drogue, la violence de ce milieu etc. Ce livre est-il un moyen de dénonciation pour vous ou juste l’occasion de les croiser pour délivrer un thriller intéressant ?

 

Le livre n’est pas là pour dénoncer quoique ce soit, mais pour amener le lecteur aussi près que possible des expériences et des épreuves des personnages. L’idée reste de parvenir à comprendre l’ensemble des hommes et femmes qui peuplent l’univers du roman, d’une façon ou d’une autre, qu’ils soient bons ou mauvais. Et donc, à se poser des questions, à se positionner. Il s’agit aussi de présenter un univers aussi crédible que possible, qu’il s’agisse du monde des visions ou du monde réel. Il faut décrire les deux avec la même précision.

 

 

D’ailleurs, comment avez-vous fait pour réunir des éléments propres à chaque thème ? Quel a été votre travail d’écriture et de prise de renseignements pour Pills Nation ?

 

J’ai vécu à Paris pendant deux ans, et j’avais déjà pu repérer les différents endroits que je souhaitais faire figurer dans l’histoire. Mais il faut surtout saluer ici le travail de François Szabowski qui a participé à l’écriture du livre et qui a apporté la force descriptive dont le roman avait besoin. La précision est essentielle à l’univers dans lequel se passe le livre. L’histoire se repose ensuite sur des archétypes du polar, que je tente de moderniser afin de leur donner un sens différent et moderne. Le livre est irrigué par la question du rapport au deuil de chacun, qui est une question très universelle.

 

 

Par moment, on croit frôler la science-fiction dans votre livre avec cette possibilité de discuter avec l’au-delà. C’est essentiellement pour cette raison, et pour d’autres, que votre livre se trouve à la frontière entre plusieurs genres littéraires. Une volonté de votre part de dépasser un cadre précis ?

 

 

Ce mélange des genres est au cœur de Pills Nation. Il faut que le roman soit à la fois un véritable polar, mais en même temps, j’espère apporter une dose de spiritualité à l’histoire. Prendre un peu de distance et faire un pas de côté vis à vis des archétypes classiques du roman noir. C’est là que se trouve la véritable âme du roman pour moi. 

Découvrez la chronique Lettres it be pour Pills nation d'Adrien Pauchet
Découvrez la chronique Lettres it be pour Pills nation d'Adrien Pauchet

 

Déjà une idée pour votre prochain ouvrage ? Toujours dans le roman noir ou changement d’ambiance en prévision ?

 

Je travaille actuellement sur la suite directe de Pills Nation. L’histoire est conçue comme une trilogie, avec des histoires cependant aussi bouclées que possible pour chaque livre. La suite continuera d’explorer la piste du roman noir bien entendu, mais plongera aussi à deux pieds dans le fantastique. Disons que le livre sera moins timide ! Je pense aussi que ce premier roman est sombre, mais que la suite tâchera justement de retrouver un peu de cette lumière perdue pour l’ensemble des personnages.


Questions bonus

 

 

Passons maintenant à des questions un peu plus légères pour en savoir plus sur Adrien Pauchet l'homme et Adrien Pauchet l'auteur :

 

- Le livre à emporter sur une île un peu déserte ?
Jerusalem d’Alan Moore, ça m’occupera.

 

- Le film que vous pourriez regarder tous les jours ?
La Ligne Rouge, de Terrence Malick.

 

- Le livre que vous aimez en secret ?
Les Trois Mousquetaires.

 

- L’auteur avec qui vous voudriez discuter autour d’une bière ?
Philip Pullman !

 

- L’auteur que vous n’auriez pas aimé être ?
Nietzsche. Je n’ai jamais été confortable avec le concept de moustache.

 

- S’il ne devait rester qu’une musique. Laquelle ?
Le bruit de la mer.

 

- Votre passion un peu honteuse ?
Starmania.

 

- Le livre que vous auriez aimé écrire ?
La Horde du Contrevent, d’Alain Damasio.

 

- Le livre que vous offririez à un inconnu ?
Born to Run, de Christopher McDougall.

 

 

- La première mesure du Président Pauchet ?
Des cours de philosophie dès la maternelle. 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0